Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Une conférence de monsieur Claude Cornu (professeur agrégé de lettres) à été retranscrite sur le site de la Société d’Études diverses de Louviers et de sa région. Celui-ci évoque de manière très précise l’histoire de la céramique grecque en appuyant son discours par des illustrations pertinentes.

Plusieurs aspects de la céramique antique sont abordés. On trouve ainsi retracé l’évolution des styles en fonction des époques, du style géométrique jusqu’aux figures rouges dont la production est caractéristique de la période étudiée. L’article approfondit ensuite le sujet en reliant les différents types de vases à leur fonction avant de s’attarder sur le décor en tant que reflet d’une culture.

Dans le cadre de notre blog il semble intéressant d’insister sur la technique de la figure rouge et celle de la figure noire.

La première technique apparaît dès le VIème siècle avant notre ère. Les motifs végétaux laissent place aux représentations anthropomorphes, très sophistiquées à la période classique. Ce qui apparaît noir est une couche d’argile appliquée par le peintre. Cette dernière étant très fine elle va cuire plus vite et donc devenir noire alors que la céramique elle-même reste claire.

La technique de la figure noire disparaît vers le milieu du Vème siècle sauf pour ce qui est des vases panathénaiques dont on parlera plus loin dans la catégorie « Athéna, déesse éponyme ».

La céramique à figure rouge apparaît plus tard, vers 530 avant J.-C. La technique y est inversé; le vernis noir est appliqué sur tout le vase, traçant les contours des personnages.

Un autre site de ressources pédagogiques sur l’archéologie méditerranéenne aborde brièvement la céramique attique (soit d’Athènes). René K, un passionné d’histoire et d’art antique, y évoque les raisons de sa domination sur les autres productions grecques. Au Vème siècle avant J.-C. la production attique irait même jusqu’à supplanter, par sa qualité, celles du monde méditerranéen.  

Publicités