Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Dans une certaine mesure, Athéna est une déesse liée à la musique.

C’est elle qui crée l’aulos, une sorte de double flûte. Lorsqu’elle s’aperçoit qu’en jouant de cet instrument son visage est déformé, elle la jette de dégoût. L’aulos est récupérée par un satyre, Marsyas, qui devient un musicien très habile. Il défie alors Apollon qui lui-même joue divinement bien de la lyre. Ce concours est présidé par les Muses et par le Roi Midas. Les Muses tranchent en faveur d’Apollon et ce-dernier, pour punir Marsyas, le fait écorcher vivant.

Pour en savoir plus sur le sujet, on peut consulter les sites suivants:

Cet article tiré du site Le Grenier de Clio, nous raconte la légende de Marsyas et de l’aulos de façon complète et nous offre de multiple références iconographiques. Malgré tout, nous avons de peu de renseignement sur le site en lui-même.

Il existe peu de représentations de ce mythe sur les vases antiques. La scène la plus représentée reste essentiellement l’écorchement de Marsyas, peint par de nombreux artistes de la Renaissance.

Ce PDF réalisé par le service éducatif du Musée des Augustins en 2002, nous retrace également ce mythe à travers l’analyse d’un tableau de Guido RENI.

Pour approfondir, on peut ainsi consulter cet article:

Plus scientifique, cette étude tiré de Persée, le portail de revues, rédigé par Bernadette Leclercq-Neveu, Maître de conférences à l’École normale supérieure (en 1998), nous décrit le mythe de Marsyas en établissant le lien entre le satyre et Athéna et par conséquent entre Athéna et la musique.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités